SYSTEME D'ALARME

Système d'alarme - sirène extérieure

Un système d'alarme visible (autocollant, sirène extérieure, flash extérieur) ne bloque pas l'accès à un cambrioleur, mais l'en dissuadera. Il ressort d'une enquête que dans plus de la moitié des cas, les malfaiteurs ne choisiront pas pour cible un bâtiment équipé d'un système d'alarme.

Un système d'alarme permet de détecter immédiatement un comportement suspect et de prévenir les habitants. En outre, il contribue à réduire le temps de présence du cambrioleur dans le bâtiment, le butin ou l'ampleur du vandalisme. En effet, quand une alarme se déclenche, la situation devient inconfortable et une intervention de l'habitant ou d'un agent externe peut se produire à tous moments. Il ne reste donc que très peu de temps au cambrioleur pour agir.

En qualité de conseiller en prévention vol, vous avez un important rôle à jouer. Evaluez avec le citoyen le pour et le contre d'un système d'alarme. Un tel système peut s'avérer très utile, mais il est onéreux. Examinez avec le citoyen d'abord si de simples ajustements ne seront pas nécessaires afin d'améliorer la sécurité.

Déclaration

Il importe que la police sache le plus rapidement possible à quel endroit précis une alarme s'est déclenchée. Plus les détails sur ce lieu sont nombreux, plus la police pourra se rendre rapidement sur place et garantir au mieux la sécurité des citoyens.

C'est pour cette raison que, depuis le 1er septembre 2009, les systèmes d'alarme doivent obligatoirement être enregistrés sur le site Internet www.police-on-web.be. Toutes les données parviennent dans une banque de données qui doit permettre aux services de police d'intervenir efficacement et rapidement en cas de danger. Quels conseils pouvez-vous donner au citoyen ?

  • Si le système d'alarme est raccordé à une centrale d'alarme, l'utilisateur n'a rien à faire. C'est cette dernière qui se charge intégralement de l'enregistrement.
  • Les personnes dont le système n'est pas raccordé à une centrale d'alarme doivent, via www.police-on-web.be :
    • Enregistrer le système d'alarme dans les 10 jours qui suivent la première utilisation.
    • Signaler les nouvelles données ou l'annulation d'un système d'alarme dans les 10 jours. Valider chaque année leurs données.
  • Quelles informations spécifiques pouvez-vous donner au citoyen concernant l'enregistrement du système ?

    • Afin d'enregistrer votre système d'alarme, vous avez besoin d'une carte d'identité électronique (eID + code pin), d'un lecteur de carte ID et d'une connexion internet.
    • Surfez sur www.police-on-web.be et suivez ces étapes :
      • 'Systèmes d'alarme' ;
      • 'Gestion du système d'alarme' : choisissez votre profil, complétez vos données personnelles et déclarez votre alarme. Suivez ensuite la procédure établie.
      • Votre système d'alarme a été correctement enregistré ? Vous recevez alors votre numéro d'utilisateur. Conservez-le bien car, en cas de déclenchement de l'alarme, vous devrez le communiquer aux services de police.
      • Pour toute modification de votre système ou la validation annuelle, vous pouvez également vous rendre sur www.police-on-web.be.

    Installation et entretien

    L'installation d'un système d'alarme exige une bonne dose de connaissances techniques dans la conception d'un système d'alarme et de ses composants. L'installateur doit également disposer de tout le savoir-faire nécessaire relatif à la conception de l'installation afin que celle-ci fonctionne correctement et ne provoque pas de fausses alarmes. C'est la raison pour laquelle ce type d'installation doit être confié à un professionnel agréé, sauf si l'utilisateur est lui-même qualifié. Vérifiez aussi régulièrement le bon fonctionnement du système.

    Si l'utilisateur décide d'installer lui-même son système d'alarme, vous pouvez lui donner les conseils suivants.

    • Lorsque vous rentrez chez vous, vous devez saisir le code de l'alarme (ou scanner leur badge) sur le tableau de contrôle A & B. Ce dernier doit être aisément accessible, ce qui signifie qu'il le sera également pour les cambrioleurs. Les risques sont plus élevés si le clavier et le système de contrôle (qui gère l'installation) sont rassemblés en un seul appareil.
    • Le détecteur recherche tout mouvement suspect dans une pièce. Veillez à l'installer à un endroit où il disposera d'une vue d'ensemble et non derrière une porte par exemple.
    • Il est également possible d'installer un bouton panique à proximité de la chambre à coucher. Si vous constatez qu'une personne s'est introduite chez vous sans que l'alarme ne se soit déclenchée, vous pouvez toujours utiliser le bouton panique. Attention : les dispositions légales régissent l'utilisation de boutons panique quand votre installation est raccordée à une centrale d'alarme.
    • L'utilisateur peut se servir d'une télécommande pour activer ou désactiver le tableau de contrôle. Grâce à elle, le panneau ne devra pas nécessairement être installé près de la porte d'entrée. Attention cependant à ce que la télécommande ne tombe pas dans de mauvaises mains !Etant donné que cette manipulation se produit à distance, vous devez vous assurer que le branchement et le débranchement du système ont bien été reçus par la centrale. Cette solution est peut-être pratique, mais n'est pas idéale en ce qui concerne la sécurité.
    • L'installation d'une sirène extérieure C est associée à l'installation d'un flash visible à partir de la voie publique (obligatoire), de préférence hors de portée d'une personne malintentionnée. En cas d'alarme, la sirène ne peut retentir que pour une durée de 3 minutes, laquelle pourrait être prolongée à 8 minutes en cas de sabotage.
    • L'installation de contacts magnétiques D sur les fenêtes et portes permet une détection rapide, peu coûteuse et relativement fiable (peu de fausses alarmes). Ce type de détecteur peut toutefois être facilement neutralisé, par ex. par le placement d'un aimant. Même quand la vitre est cassée et que le cambrioleur entre dans l'habitation sans ouvrir la fenêtre (et les deux parties du contact aimanté ne sont pas séparées), même si aucune alarme ne se déclenche. En outre, un contact aimanté ne va pas se charger automatiquement.
    • L'installation de détecteurs à infrarouge volumétriques E au sein des zones à sécuriser offrent un niveau de sécurité supérieur mais le risque de fausses alarmes est plus grand quand les principes d'installation ne sont pas suffisamment respectés. Ces détecteurs ne sont pas compatibles avec la présence d'animaux (en raison du grand risque de fausses alarmes).
    • Une série de détecteurs 'double technologie' F (infrarouge + radar) peuvent limiter le risque de fausses alarmes et sont, dans un certain nombre de cas, conciliables avec la présence de petits animaux.
    • La combinaison de détection périmétrique (contacts magnétiques) et de détection volumétrique offre davantage de souplesse afin d'atteindre un niveau de sécurité supérieur. Mais le coût sera bien entendu plus élevé.
    • Il est important que vous maîtrisiez le fonctionnement de votre système d'alarme afin d'éviter les fausses alertes. Activez toujours votre alarme, même si vous sortez de chez vous pour quelques minutes à peine ; vous ne laisserez ainsi aucune chance aux cambrioleurs potentiels.

    Câblage

    Les citoyens donnent souvent la préférence à un système sans fil par rapport à un système câblé car il est plus facile à installer. Quels conseils pouvez-vous donner au citoyen lors d'un choix d'un système câblé ou sans fil ?

    • Tenez compte du fait que la protection offerte par un système sans fil est souvent relativement limitée.
    • Afin d'économiser de l'énergie, les détecteurs infrarouges passifs d'un système sans fil scannent une pièce toutes les trois minutes, avant de retourner en mode veille. En revanche, dans le cas des systèmes câblés, les connections entre les détecteurs et l'appareil de contrôle assurent une surveillance permanente de la situation. Une batterie prendra le relais en cas de panne de courant. Un système sans fil exige un contrôle et un remplacement réguliers des batteries (Attention : ne tenez pas compte de la durabilité qui est donnée par les fabricants. Ils sont en effet souvent trop optimistes).
    • Les ondes radio, qui assurent la communication entre les différents composants, peuvent être interrompues, intentionnellement ou non. Pour éviter ce problème, l'utilisateur peut opter pour une double fréquence. Les systèmes les plus efficaces utilisent également un code personnel, écartant ainsi le risque de perturbations des ondes radio via d'autres systèmes proches.
    • Si les exigences techniques et esthétiques le permettent, on peut idéalement opter pour l'installation d'un système d'alarme traditionnel dont les composants sont raccordés à une centrale au moyen d'un câble.

    Que faire en cas d'alarme ?

    Votre alarme anti-cambriolage se déclenche ? Suivez les étapes suivantes :

    • Contrôlez s'il s'agit effectivement d'une (tentative d')intrusion. Y a-t-il des signes d'intrusion ? Traces d'intrusion, véhicule suspect, traces de pas dans le jardin, bruits étranges dans la maison, etc. ? Ou s'agit-il d'une fausse alerte ? Peut-être que l'un des cohabitants a oublié de débrancher l'alarme en rentrant, que le chien se promène dans la zone surveillée par l'alarme, qu'une fenêtre est restée ouverte, etc. ?
    • Appelez le numéro d'urgence 112 si vous savez qu'il ne s'agit pas d'une fausse alarme. Communiquez :
      • Votre nom et votre numéro de téléphone.
      • Le numéro d'utilisateur de votre système d'alarme.
      • Comment vous avez vérifié qu'il ne s'agissait pas d'une fausse alarme.
      • Dans quelle partie de l'immeuble il se passe quelque chose.
    • Rendez-vous sur place. A l'arrivée de la police, il doit y avoir quelqu'un sur place qui est en mesure de faire entrer la police et de débrancher le système d'alarme. Vous pouvez également envoyer une personne de contact ou un agent de gardiennage. Attention : la police doit toujours entrer en premier dans un immeuble. Ce sont les policiers qui sont le mieux formés, équipés et compétents pour juger les risques et appréhender les cambrioleurs.
    • ATTENTION !

      • Il arrive parfois que le gestionnaire du numéro d'urgence ne traite pas immédiatement le signalement d'une alarme si :
        • Le signal d'alarme n'a pas été vérifié.
        • Vous n'avez pas communiqué les renseignements obligatoires.
      • Il est interdit :
        • D'appeler le numéro 112 sans avoir vérifié qu'il s'agit effectivement d'une alarme réelle.
        • De signaler l'alarme à des numéros autres que le 112.
        • De signaler une alarme par le biais d'un message téléphone pre-enregistré sur un système de signalement automatique. Ces systèmes de signalement automatiques occupent les lignes téléphoniques de la police et celles-ci doivent rester libres pour les appels d'urgence !

      Une fausse alarme ? La police peut alors neutraliser la sirène extérieure et la lumière par tous les moyens et sans votre autorisation. Mais elle ne peut pas rentrer dans le bâtiment. Qui enfreint les règles s'expose à une amende. Celui qui mobilise les forces de police pour une fausse alarme risque également de devoir payer une redevance. Les services de police doivent en effet toujours être prêts pour les cas d'urgence réels.

      Retour à la page précédente